Cinq questions à Sandra-Stella Triebl

«On peut apprendre de chaque personne et de chaque situation si l’on s’en donne la peine.»




Que signifie le terme formation pour vous?
Pour moi, la formation n’est pas un but, mais un chemin perpétuel, un apprentissage continu. Nous vivons une époque de plus en plus numérisée et au rythme effréné, la quantité d’informations augmente de façon exponentielle et il est indispensable pour nous tous de nous tenir à jour en permanence. En Suisse, nous avons la chance d’avoir librement accès à toutes les informations que nous considérons importantes, qui nous touchent ou qui nous intéressent.
 
Quel est votre plus grand succès en matière d’apprentissage?
Oh là là! Je n’aime pas vraiment le mot succès. Selon moi, ce terme ne contient pas assez de latitude pour laisser la place aux nuances individuelles autour du concept de succès. Mais si je devais vous donner une réponse, je dirais que c’est le fait d’avoir réussi mes examens oraux de licence (aujourd’hui Master) à l’Université de Zurich avec summa cum laude. Par chance, je suis quelqu’un qui comprend rapidement. Je n’ai jamais dû apprendre beaucoup... c’est un don vraiment pratique.
 
Qu’apprend-on mieux en travaillant qu’en formation?
La formation a pour but de fournir une base et les outils nécessaires à une profession. En travaillant, on apprend à créer, à faire face aux défis et à résoudre les problèmes. On accumule ainsi de nouvelles connaissances précieuses. Car le succès, c’est aussi une succession d’échecs et d’expériences.
 
Quelles sont les plates-formes en ligne que vous utilisez pour continuer à vous former?
En toute franchise, je trouve que la vraie vie est un défi quotidien qui nous permet de progresser et de prospérer. A condition de faire face aux tâches et non de les fuir. On peut apprendre de chaque personne et de chaque situation si l’on s’en donne la peine. En ce moment, je lis beaucoup d’ouvrages religieux, sur des sujets allant du hassidisme au taoïsme, en passant par Tchouang-tseu.

Y a-t-il quelque chose que vous rêvez d’apprendre depuis longtemps?
Le mandarin, l’arabe et l’aïkido. Et apprendre à m’accorder plus de temps libre dans ma vie passionnante mais trop chargée, afin de pouvoir à nouveau trouver la distance nécessaire par rapport à toutes les choses dont je m’entoure. Mais aussi pour déterminer si j’aime toujours autant le chemin que j’ai choisi. Et je m’entraîne à lâcher prise plus facilement. Mais ça, on ne peut l’apprendre dans aucun livre.

 

 

Sandra-Stella Triebl a étudié le journalisme et la politique à Zurich et travaille comme journaliste depuis près de 30 ans. Elle est considérée comme l’une des femmes les mieux connectées en Suisse. En l’espace de six ans, elle a développé le magazine économique Ladies Drive à partir de rien. Le scepticisme avec lequel son public cible a suivi ses activités dans un premier temps s’est rapidement transformé en une véritable admiration. 2017 marque déjà les dix ans d’existence de la maison d’édition Swiss Ladies Drive GmbH.

Plus d’informations sur Swiss Ladies Drive 

 

 

Retour

Cinq questions à Sandra-Stella Triebl

Commentaires

Utilisateur
 
E-mail
   
Commentaire