Cinq questions à Urs Schumacher

«On ne cesse d’apprendre, d’élargir ses connaissances quand on reste curieux et ouvert d’esprit.»

Urs Schmumacher, LeShop

(Urs Schumacher, CEO de LeShop.ch)

 

Que représente la formation à vos yeux?

La formation est, à l’heure actuelle, un vecteur essentiel de développement, qu’il soit professionnel ou personnel. On constate une convergence toujours plus forte de ces deux sphères, portée par les nouvelles technologies. Toute séparation claire des deux univers est difficile. Il est donc d’autant plus important d’utiliser efficacement les nouveaux outils, de façon cohérente et rationnelle. Les exigences inhérentes à la vie professionnelle sont amenées à se renforcer et requièrent de nouveaux profils adaptés, compte tenu également de l’essor de la digitalisation. Si l’on recherchait plutôt, dans le passé, des spécialistes bien formés pour occuper les postes de direction, on fait davantage appel, aujourd’hui, à la flexibilité de généralistes, à même de s’adapter à de nouvelles situations et de réagir en conséquence. Cela implique de se tenir régulièrement informé, d’être curieux de tout et de se perfectionner en permanence pour mieux relever les nouveaux défis et y répondre efficacement.

Quel est votre plus grand succès en matière d’apprentissage?

Je dois mes plus belles réussites en la matière aux bonnes pratiques que j’ai veillé à appliquer. Quoi qu’on fasse, on trouve presque toujours quelqu’un ayant relevé avec succès ce même challenge ou un défi similaire. L’essentiel étant de bien identifier et d’analyser les facteurs de réussite pour mieux les adapter aux buts que l’on s’est fixé. Il ne s’agit pas, à chaque fois, de «réinventer la roue», comme on dit. Autre base importante du processus d’apprentissage, selon moi: le fait d’accepter les résultats découlant de décisions réfléchies, appliquées de façon cohérente. En tout état de cause, j’ai tiré les meilleurs enseignements de décisions ou mesures qui n’ont pas porté leurs fruits.

Qu’apprend-on mieux en travaillant qu’en formation?

Je ne dirais pas que l’on apprend «mieux», ce n’est pas ainsi que je vois les choses. Il est important de conjuguer les deux. Les formations sont synonyme de savoir et de connaissances que l’on devrait pouvoir mettre en pratique, par la suite, en milieu professionnel. Il est en effet peu constructif, à mes yeux, de ne pas tirer profit de ce que l’on a appris. Cela voudrait dire ne pas, ou trop peu développer ses propres compétences.

Quelles sont les plates-formes en ligne que vous utilisez pour continuer à vous former?

J’utilise les sources en ligne les plus connues qui m’apportent de nombreuses informations et autres idées. Toutefois, il est difficile de faire le tri dans cette masse de données qui ne sont pas toujours pertinentes ni de qualité. Clairvoyance et bon sens sont ici de mise. Sachant qu’approfondir certains sujets demande du temps, un facteur nécessaire lorsque l’on entend faire preuve de sérieux et d’objectivité. En matière de formation en ligne sur des plates-formes dédiées, l’expérience que j’ai eu du e-learning s’est avérée à plusieurs reprises très positive. On peut y approfondir un sujet ou une thématique dans un domaine précis et y tester ensuite ses connaissances – selon ses propres exigences, de façon précise et structurée.

Y a-t-il quelque chose que vous rêvez d’apprendre depuis longtemps?

Oui, de nombreuses choses. J’ai le bonheur de m’intéresser à beaucoup de choses, dans des domaines très variés. Par exemple, la lecture de partitions ou la maîtrise d’un un langage de programmation. Actuellement, je découvre l’univers de la photographie qui est un art très exigeant. Qu’est-ce qu’une bonne photo, comment la prendre/copier? Ce sont là des questions intéressantes qui sont autant de défis à relever. Sachant qu’à terme, ce n’est pas le savoir qui fait défaut, mais bien la pratique. Je m’intéresse également à des sujets tels que «l’intelligence artificielle» et son impact sur notre vie quotidienne ou encore nos modes et habitudes de consommation. On ne cesse d’apprendre, d’élargir ses connaissances quand on reste curieux et ouvert d’esprit.

Retour

Cinq questions à Urs Schumacher

Commentaires

Utilisateur
 
E-mail
   
Commentaire