Le «cloud publishing» sème la pagaille

Les systèmes de rédaction d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Les nouveaux outils du cloud contribuent à publier le contenu approprié, pour la personne ciblée, sous la forme adéquate, au moment opportun et sur le support adapté.

Redaktionssysteme in der Cloud
(Photo: unsplash.com/samuelzeller)

A l’origine, l’univers de la publication était simple. A l’exception de la radio et de la télévision, le contenu qui devait être publié était simplement imprimé. Pour créer les documents papier paraissant régulièrement comme les magazines ou les journaux, des systèmes de rédaction traditionnels furent développés. L’atout majeur de ces systèmes était que les rédacteurs et les concepteurs pouvaient soudain travailler parallèlement sur la même publication. En outre, la production était planifiée et pilotée de manière centralisée.

Avec la bulle Internet et, plus tard, l’engouement pour le mobile, d’autres modes d’édition vinrent s’ajouter aux systèmes de rédaction traditionnels. Pourtant, jusqu’à ce jour, ces systèmes ne peuvent pas renier leur origine. Ils sont d’une efficacité remarquable pour l’impression, les canaux de publication électroniques étant passablement négligés.

Des CMS Web devenus obsolètes

Les systèmes de rédaction traditionnels optimisés pour l’impression s’opposent aux CMS Web ou systèmes de gestion de contenu Web (en anglais Web Content Management System). Ces derniers ont été développés pour alimenter les sites Web en nouveaux contenus. Ils ont pourtant indéniablement atteint leur limite. Si le mode d’édition se limite au site Web traditionnel, ces systèmes constituent un gage d’efficacité pour la production. En revanche, si des applications mobiles et des produits d’impression s’y ajoutent, ils deviennent lourds à gérer.

Tendances de publication

L’impression n’est plus le support principal. La plupart des publications paraissent de nos jours sous différentes formes: papier, Web, mobile (smartphones, phablettes, tablettes) ou même sur des accessoires comme des montres ou des lunettes. Le défi pour l’éditeur se résume à diffuser le contenu approprié, pour la personne ciblée, sous la forme adéquate, au moment opportun et sur le support adapté. Aussi simple que cela puisse paraître, aussi complexe cela s’avère-t-il dans la pratique.

      
(Photos: Ulrich Haeme)

Tendances technologiques

La mise en réseau à l’échelle mondiale à des vitesses toujours plus élevées permet de repenser entièrement les méthodes de travail et les modèles commerciaux. Les systèmes sont exploités directement par les fabricants ou les fournisseurs de services. Les éditeurs sous-traitent leurs services informatiques auprès de sociétés spécialisées. Ils utilisent les logiciels et les systèmes comme services dans le cloud, concept connu également sous le terme de «logiciel en tant que service» ou Software as a Service (Saas). L’utilisateur n’achète pas le système mais paie un loyer pour ce qu’il utilise effectivement. L’informatique est ainsi largement démocratisée: les petites entreprises peuvent également bénéficier des gros systèmes, qui ne pouvaient être auparavant rentabilisés que par les géants de l’édition.

Cloud publishing

Nous avons donné un nom à cette révolution fondamentale des outils et des opportunités: le cloud publishing. En effet, le cloud publishing est la troisième vague des technologies de publication, après l’unité de composition classique (première vague) et la publication assistée par ordinateur (deuxième vague). Le cloud publishing révolutionne maintenant le monde de la publication comme l’a fait dans la fin des années 80 la publication assistée par ordinateur avec les premiers Mac et les applications classiques comme PageMaker.

Systèmes de cloud publishing: exemple du logiciel TruEdit développé par MEI

Les outils de cloud publishing poussent comme des champignons. Adobe mise, par exemple, sur les services Creative Cloud qui vont au-delà des produits de bureau traditionnels. D’autres fabricants, notamment plus petits, ne manquent pas de visions grandioses et d’innovations intéressantes. La société MEI, par exemple, propose un système baptisé TruEdit complètement inédit en dehors du cloud. Les utilisateurs louent le système fini et le configurent selon leurs besoins.

Redaktionssysteme
(Photo: Ulrich Haeme)

Les données sont gérées de manière centralisée dans les formats standard HTML, XML, Json, Word, InDesign et InCopy. Brett Kizner, responsable du système TruEdit chez MEI, résume la situation en ces termes:

«La plupart des systèmes disponibles sur le marché privilégie un mode d’édition: Web ou support imprimé. Avec TruEdit, nous souhaitons aller plus loin. Nous mettons au point un système qui doit fonctionner indépendamment du mode d’édition.» La collecte et la mise à disposition des données doivent être impérativement neutres. C’est à cette fin que la société MEI a développé l’outil TruAuthor pour permettre aux rédacteurs de mettre à disposition le contenu sur différents supports. Comme la société le déclare si élégamment: «Omnichannel authoring for multichannel publishing» (par analogie: créer du contenu indépendamment du mode d’édition et le délivrer sur différents canaux).

MEI n’entend pas atteindre à elle seule cet objectif majeur. Elle est d’avis que le cloud publishing nécessite de combiner les meilleurs services. Une extension Zapier a donc été programmée pour TruEdit, permettant de connecter plus de 500 autres services cloud avec l’outil interne.

Bilan

La mise en réseau (cloud) toujours plus sophistiquée crée de nouvelles opportunités dans le monde de la publication.
Dans le même esprit, cela suscite de nouvelles attentes de la part des consommateurs. Justement selon le principe:
publier le contenu approprié, pour la personne ciblée, sous la forme adéquate, au moment opportun et sur le support adapté.


#cloud #systèmesderédaction #digitaldesign


Auteur

Ulrich HaemeHaeme Ulrich
Formateur, consultant, conférencier, blogueur
WeLoveYou - more than digital competence






Retour

Le «cloud publishing» sème la pagaille

Commentaires

Utilisateur
 
E-mail
   
Commentaire