Finissons-en enfin avec Arial!

L’évolution des polices de caractère de l’époque des matrices en plomb à maintenant.

Avec le développement de la numérisation, on assiste à un transfert des supports d’impression vers les écrans. Les informations défilent à un rythme toujours plus rapide et sont lues à partir d’appareils mobiles. Les polices de caractère doivent tenir compte de ces nouveaux besoins. Quels ont été les changements fondamentaux en matière de polices de caractère?

De tout temps, le style des caractères a été influencé par la technique: les lettres ont été taillées dans la pierre, gravées sur des tablettes d’argile, écrites sur du parchemin ou coulées dans le plomb. Puis, à la fin des années 80, la publication assistée par ordinateur a amené les lettres sur les moniteurs d’un large public. Il fut un temps où l’expression «what you see is what you get» restait une promesse. Désormais, elle reflète la réalité. Les premiers moniteurs noir et blanc avaient une résolution de 72 ppi (pixel per inch), de sorte qu’on était très limité dans la représentation des caractères. Les petites polices en dessous de 12 points et les caractères gras ou en italique étaient à peine déchiffrables dans le corps de texte. Apple a doté ses premiers Macs de 11 polices aux nom évocateurs: Avant Garde, Bookman, Century Schoolbook, Chicago, Courier, Geneva, Helvetica, Helvetica Narrow, Palatino, Symbol, Times, Zapf Chancery et Zapf Dingbats.

Nécessité de développer des polices spécifiquement

Jusque dans les années 2000, les polices de caractère des moniteurs étaient conçues pour l’impression et étaient simplement reprises 1:1 pour les écrans. Il a fallu attendre le 21e siècle pour que les concepteurs de polices reconnaissent la nécessité de développer des polices spécifiquement pour les moniteurs. D’un point de vue technologique, les choses ont aussi beaucoup évolué. Depuis 1996, on bénéficie d’un format de police uniformisé, OpenType, qui propose les mêmes polices sur PC et sur Mac. Grâce à la technologie actuelle, les caractères sont plus clairs, plus nets, même dans les polices de petite taille, ce qui est indispensable pour les téléphones portables. De plus, les écrans actuels disposent d’une résolution supérieure à 300 ppi d’une netteté équivalente à l’impression papier.

Pour ce qui est des polices sorties à partir des années 2000, la probabilité est grande (mais pas garantie) qu’elles satisferont les critères de lisibilité bien mieux que les soi-disant classiques en circulation depuis des décennies. Le terme «classique» est régulièrement avancé faute de meilleurs arguments. Ces arguments, je les ai réunis et illustrés dans ma brochure «Lisibilité» (en allemand). Souvent les lettres sont un peu plus étroites mais les espaces entre elles un peu plus grands. Pour une meilleure lisibilité, mieux vaut ne pas mettre les caractères en couleur, ceci les rendant difficilement déchiffrables. De plus, les fontes de caractères Thin ou Light sont trop fines, il vaut mieux choisir Regular, Book, Text ou News.

Caractères contemporain

Bien sûr, le style des caractères évolue continuellement. Les polices des années 80 ou 90 n’ont plus rien de contemporain. Les caractères ont le même impact que la couleur, les formes ou les images. Tout le monde peut le constater: Arial, Tahoma, Trebuchet, Helvetica et Times New Roman semblent tout droit sortis du PC poussiéreux d’un vieil oncle et ne souffrent plus la comparaison avec Segoe, Calibri ou Constantia et leur goût frais de nouveauté.

Les polices de caractère utilisées dans le cadre du corporate design doivent répondre à quantité de besoins et ne peuvent pas faire l’objet d’un choix aléatoire. Lire un magazine destiné à la clientèle, regarder une présentation PowerPoint, suivre des panneaux de signalisation ou lire un blog sont des activités bien distinctes. Dans ces domaines aussi les choses ont bien bougé en matière de styles de caractères et cela vaut la peine de faire une petite cure de rajeunissement pour avoir un œil neuf.

 Jetez Arial et Cie par-dessus bord.



Schriften - Digital Business Blog
Le type de police a été modifié, pour passer d’une écriture plutôt ronde avec un espace étroit
entre les caractères à une écriture plus anguleuse laissant plus d’espace entre les caractères.


Schriften am Bildschirm - Digital Business Blog
Pour les petites tailles de police destinées à être lues sur téléphone mobile, la lisibilité est essentielle.
Plus il y a d’espace entre les caractères, plus la police est lisible.


Retina Display Schriftanzeige - Digital Business Blog
Le choix de polices destinées à une utilisation Web est immense.
Certaines sont plus lisibles que d’autres pour les téléphones mobiles.


Schriftdarstellung auf dem Screen - dünne Schriften

Les polices fines (Thin, Light) ne conviennent pas pour une lecture sur écran.
En effet, s’il s’agit de petites tailles de police, l’espace entre les caractères se réduit.


#caracteres #publishing #digitaldesign


Autor

Ralf TurtschiRalf Turtschi
agenturtschi.ch







Retour

Finissons-en enfin avec Arial!

Commentaires

Utilisateur
 
E-mail
   
Commentaire