Un meilleur monde du travail

Changement de paradigme ou buzz?

Selon le futurologue Gerd Leonhard, notre société se transformera davantage au cours des 20 prochaines années qu’elle ne l’a fait au cours des 300 dernières années.

Deux tiers des enfants inscrits à l’école l’été dernier exerceront très probablement des métiers qui n’existent pas encore aujourd’hui. Et presque personne n’apprendra une profession qu’il ou elle exercera toute sa vie. Les activités répétitives seront de plus en plus automatisées, ce qui rendra nos emplois plus exigeants et plus complexes. Il nous faudra donc être capables d’apprendre et avoir le courage d’évoluer avec notre temps. La volonté de continuer d’apprendre tout au long de la vie sera également essentielle. Mais que doivent savoir les salariés de demain?

Schöne neue Arbeitswelt

Le 6 novembre 2019, l’Ecole-club a organisé un forum de la formation pour les spécialistes en développement du personnel du groupe Migros. Des experts de renom ont échangé leurs points de vue sur des questions liées au changement, à l’employabilité, à l’automatisation, à l’impact de la numérisation et à l’apprentissage tout au long de la vie. Les termes les plus importants et les déclarations les plus intéressantes sont résumés ici, car ils s’appliquent de manière égale à toutes les entreprises:

Réseaux

«Qui tu connais est au moins aussi important que ce que tu sais.» 
David Bosshart, chercheur en prospective et directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI) .

Compétences futures

«L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a défini les quatre C suivants comme compétences du futur: Creativity, Communication, Collaboration et Critical Thinking. Pour l’instant, l’accent est mis sur la créativité. Il ne s’agit pas ici de créativité artistique, mais de la compétence à utiliser ce qui existe déjà dans un nouveau contexte, comme par exemple. trouver des solutions aux nouvelles questions qui émergent.».»
cofondatrice de5to9 AG

«Notre tâche n’est pas de motiver les gens, mais de découvrir leurs besoins. Quand on demande aux PDG quelles seront leurs principales exigences pour recruter des collaborateurs à l’avenir, on obtient comme réponse, outre l’interdisciplinarité, la flexibilité. Mais comment s’approprier la flexibilité? Comment acquérir cette compétence? Et cela répond-il également au désir de l’employé? Les collaborateurs devraient apprendre avec une motivation intrinsèque. Nous devons trouver les compétences qu’ils souhaitent développer, afin de pouvoir les habiliter et les soutenir dans ces domaines. De fait, nous devons aussi accepter que certains ne souhaitent ou ne peuvent pas le faire.»
Camille Zimmermann, chercheur en prospective et directeur deTrendone Suisse

««Dans le cadre de la formation professionnelle continue, chaque entreprise doit tenir compte des connaissances spécialisées qui seront encore requises à l’avenir. Les réponses diffèrent pour chaque industrie. A cela s’ajoute que nul ne sait à quoi ressembleront vraiment les activités et le marché du travail dans dix ans. Acquérir la capacité de faire face à cette incertitude est quelque chose qui est très difficile pour nous, humains.» 
Camille Zimmermann, chercheur en prospective et directeur deTrendone Suisse

Apprentissage et formation continue

«Une journée sans formation continue est une journée perdue. Si nous ne voulons plus apprendre, cela signifie que nous avons perdu notre curiosité ou que nous avons oublié comment apprendre. Nous devons donc nous réapproprier le plaisir d’apprendre.»»
Mirjam Jaeger, coach en innovation à l'Ecole-club Migros

«Nous devrons apprendre constamment, notamment à l’avenir, dans l’environnement de travail qui évolue à une vitesse impressionnante. L’apprentissage est  donc une aptitude fondamentale qui est essentielle et pour laquelle nous devons continuellement nous motiver. La volonté d’apprendre est et restera cruciale.»
Camille Zimmermann, chercheur en prospective et directeur deTrendone Suisse

«Les méthodes agiles se caractérisent par un rôle actif très fort du participant. Lorsque nous parlons d’apprentissage, nous cherchons à savoir si quelqu’un est plutôt un apprenant actif ou passif. Pour favoriser l’apprentissage actif, nous autres pédagogues devons fournir aux apprenants un environnement dans lequel ils trouvent ce qu’ils sont venus chercher.» »
Frank Thomas Drews, pédagogue et membre de la direction chezabc CAMPUS GmbH

«Le point de vue de l’employeur vise en général une culture de l’incitation. Une entreprise a besoin de certains profils et elle les forme ou les fait former. L’employé, quant à lui, est plutôt dans une optique ou il «prend». Il apprend ce qu’il considère comme nécessaire ou ce qui le motive.»
Frank Thomas Drews, pédagogue et membre de la direction chezabc CAMPUS GmbH

Changement

«Nous pouvons essayer de retarder le changement, mais cela a un prix. D’un point de vue historique, l’adaptation et la résistance au changement ont toujours été considérées comme normales.»
David Bosshart, chercheur en prospective et directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI) .

«La sécurité émotionnelle a diminué à tous les niveaux. C’est la raison pour laquelle on adhère à un club ou on fréquente la salle de gym, pour échanger avec nos pairs et se renforcer mutuellement.»
David Bosshart, chercheur en prospective et directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI) .

Intelligence artificielle

«Les êtres humains apprennent, mais beaucoup plus lentement que le matériel et les logiciels ne se développent. Afin de compenser cet écart croissant, nous avons besoin d’une bonne technologie qui fonctionne bien. L’homme et la technologie doivent co-évoluer. Plus l’environnement se complexifie, plus l’intelligence artificielle devient nécessaire.»
David Bosshart, chercheur en prospective et directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI) .

 

Explication des termes

Voici les 6 termes les plus importantsliés à la transformation du monde numérique:

Désintermédiation.

Tous les niveaux sont remis en question et, s’ils ne sont pas nécessaires, ils sont éliminés. Par exemple, le principe Uber: une application relie les conducteurs aux passagers sans intermédiaire. 

Hyperconnectivité.

La mise en réseau numérique d’individus, de choses, de machines, d’appareils et d’entreprises transforme notre comportement et notre perception. Qu’une information de haute qualité (y compris en matière de formation) soit disponible facilement et gratuitement devient une évidence. 

Exponentialité.

L’exponentialité est typique des effets numériques. Nous ne pouvons pas prédire quand de nouvelles découvertes arriveront, mais nous pouvons supposer qu’elles seront équivalentes à un saut quantique. D’un point de vue évolutif et historique, nous ne sommes pas habitués à l’exponentialité. Traditionnellement, nous n’avons qu’une croissance linéaire en tête. . 

Transparence.

La transparence représente un défi de taille. Bien qu’elle soit judicieuse et souhaitée dans le secteur industriel, elle devient difficile lorsqu’elle touche les gens. Si la performance de l’individu devient de plus en plus mesurable, cela devient un défi moral majeur.

Reality Hacking.

Chacun peut se créer sa propre réalité. Chacun d’entre nous n’est qu’une collection de ce qu’il a lu et de ce dont il a discuté. Nous obtenons nos informations principalement à partir d’appareils numériques, qui nous montrent ce que nous voulons voir.

Temps réel.

Le monde devient toujours plus impatient. Le client a une attente et il exige que celle-ci soit immédiatement satisfaite. On le voit avec l’exemple d’Amazon. 

 

Conclusion

On ne peut arrêter le changement. Nous avons un avenir passionnant devant nous. Un avenir qui présente un certain nombre de défis, mais qui nous promet également un éventail de nouvelles possibilités. La volonté d’apprendre, la capacité d’apprendre et la capacité de travailler en équipe sont les compétences les plus importantes pour évoluer au rythme du changement. A cet égard, l’individu est tout aussi mis à l’épreuve que l’employeur: si les entreprises parviennent à ce que leurs collaborateurs relèvent de nouveaux défis sans crainte et avec motivation, et leur permettent de transférer les connaissances requises directement en actions concrètes, ceux-ci n’auront plus peur du changement et accompliront leurs tâches avec motivation et compétence. Ils demeureront employables à l’avenir.

 

Auteur:
Monika Mingot, mingot.ch


Une formation continue efficace nécessite des conseils personnalisés.
Vous avez un besoin concret?

Nous nous ferons un plaisir de prendre du temps pour vous.

Souhaitez-vous être informé des nouveaux articles?

Abonnez-vous à la newsletter

Retour

Un meilleur monde du travail

Commentaires

Utilisateur
 
E-mail
   
Commentaire